dimanche 1 janvier 2017

La liste de mes envies 2017



Les journaux font souvent des listes de sujets en fin d'année histoire de couvrir vite fait bien fait tous les grands ou petits événements que l'année nous a fait traverser.

Cette période pénible est derrière nous et comme j'ai des lecteurs qui n'aiment pas les listes, je voudrais éviter de les perdre. En même temps je me rappelle ce bouquin sympa de Grégoire Delacourt, "La Liste de mes Envies", et je suis bien tenté de me la faire, ma liste des envies 2017.

Je voudrais éviter les trucs genre "paix dans le monde", "on est tous frères". Ce n'est pas que je conteste l'intérêt de ces voeux là, mais bon, je n'y peux pas grand chose, c'est déjà bien que j'aime mes voisins ! Je domestique mon côté atrabilaire :-)

Envie numéro 1 : écrire enfin cet ouvrage que la littérature mondiale attend. Bon, j'aimerai déjà que sorte en 2017 ce bouquin dont j'ai coordonné la rédaction en 2016, sur le thème du management à l'ère digitale. Le manuscrit est "prêt à clicher" et l'éditeur piaffe, et je suis très fier d'avoir participé à cette aventure éditoriale. En attendant d'hypothétiques écrits plus littéraires et sous ma signature, c'est déjà un joli premier pas.

Envie numéro 2 : voir mes enfants continuer à s'éclater dans ce qu'ils font. En plus je peux me dire que j'ai vaguement joué un rôle là-dedans. En effet, comme j'en ai voulu (des schtroumpfs), j'ai décidé de m'en occuper et même si je suis reconnaissant à tous ces instituteurs / trices et enseignants pour leurs contributions, je continue à penser que les animaux sociaux que j'ai pondus ont surtout besoin de leur petite famille. Pour avoir proféré une évidence aussi énorme dans son film "C'est quoi cette famille", le réalisateur qui est aussi un copain rencontré au lycée, s'est fait quasiment traiter de facho homophobe sur les réseaux dits sociaux.

Envie numéro 3 : lire, voir et entendre parler de situations ou de personnes qui donnent envie d'avancer au lieu de rester plantés Debout dans la Nuit. Car nom d'un chien, pour résister à la brochette de tueurs que sont Trump, Poutine, Erdogan et Netanyahu, il va en falloir de la "positive attitude" !. Alors vive les exemples positifs, les start-uppers qui prennent des initiatives, les taxis ou les VTCs qui prennent des clients au lieu de tourner en rond Porte Maillot, les candidats qui osent dirent poil au nez à Léa Salamé. Je suis allergique aux discours moralisateurs des écolos presqu'autant qu'aux acariens mais j'ai bien aimé le film "Demain". Comme le dit le proverbe : "c'est en forgeant qu'on devient forgeron". Alors, forgeons que diable, forgeons.

Du coup, envie numéro 4 : rappeler aux banquiers qu'ils sont des serviteurs et non des maîtres. Et donc le rappeler aussi au mien ! En bon contribuable j'ai participé au sauvetage de leurs âneries il y a bientôt dix ans et il n'est pas impossible que les soucis de mes clients qui sont devenus aussi mes soucis trouvent une part de leur source dans leurs aventures grecques ou autres destinées à assouvir les fantasmes de leurs dirigeants. Alors, j'aimerai leur donner sur la tête une petite tape, comme une petite claque aux mauvaises odeurs. Mais comme le dit Bernard Tapie, ce sage parmi les sages, "quand tu dois 100 000 balles à ton banquier, c'est toi qui a des emmerdes, quand tu lui dois 100 millions, c'est lui qui les a". Mon ennemi c'est la finance, c'est bien connu.

Envie numéro 5 et j'arrête là : continuer à pouvoir continuer à me promener en France et sur la planète. Il n'y a pas que la jeunesse que les voyages forment. D'autant plus que cela m'aide à me dire tous les jours un peu plus que si "les différences culturelles" existent, elles ont le dos large pour justifier nos oeillères. Plus j'avance, plus je me dis que ce qui réunit les gens est plus fort que ce qui les sépare. Alors les murs....Et si je passe pour un bisounours, je m'en moque. De toutes façons je ne supporte plus cette expression à la noix. Que tous ceux qui ne sont pas des bisounours aillent se faire pendre ailleurs,.

Allez bonne année 2017 à mes milliards de lecteurs selon la formule consacrée !