mardi 1 janvier 2019

4 principes et une loi pour passer une bonne année 2019 !



Nous avons terminé l'année dans un sale état et c'était très dommage.

En tout cas, les comparaisons oiseuses avec 1968 sont désormais derrière nous. Quelques anciens combattants vont pouvoir rentrer chez eux en attendant le cimetière. Cela nous fera des vacances.

Elles seront cependant je crains de courte durée car 2019 va rimer avec 1789 et pour tous les canaric fanas du RIC et payés au SMIC, cela va hélas leur entortiller l'imaginaire. Cela ne devrait pas non plus déplaire aux indigents de la télé : comme Christophe Barbier et son écharpe rouge, Michel Onfray et ses plaisanteries dieudonnesques pour ne citer que deux personnages dont je ne peux plus supporter la vision, en plus de toutes mes têtes de turc habituelles.

Mais cessons ces jérémiades et venons en aux voeux que je peux formuler pour qu'il y ait du "neuf" effectivement dans cette année 2019. Pour les formuler, je vais piocher dans les préceptes de la méthode du "Forum Ouvert" ou de "l'Open Space" (rien à voir avec les bureaux paysagers), une méthode de résolution de problèmes qui nous vient du Canada, comme bien beaucoup de bonnes choses (j'ai écris ça avec l'accent).

Pour tous ceux qui s'intéresseront en détail à cette méthode, je recommande cela ou cela ou encore ce qu'en dit mon camarade, que dis je mon maître Philippe Slioussarenko 😁 ici.

Cette méthode est utilisable pour l'animation de réunion, la conduite de projets, l'analyse collective d'un problème à résoudre, la résolution de problèmes d'une manière générale. C'est dire si elle nous est utile dans ce pays en ce moment. Chaque fois que j'ai pu la mettre en place, ou contribuer à le faire, les résultats ont été étonnants de créativité, d'enthousiasme, témoignant de la capacité de l'être humain à dialoguer, inventer de nouvelles solutions, sortir des sentiers battus, réfléchir à plusieurs, faire appel à ce qu'il y a de meilleur en lui en fait.

Premier précepte : ceux qui viennent sont les bonnes personnes.
A l'échelle d'une réunion dans votre entreprise cela veut dire qu'il n'est pas utile que la hiérarchie se déplace pour qu'une réunion soit intéressante ou qu'elle débouche sur des idées valables ! A l'échelle d'un "grand débat national", cela veut dire que si celui ci réunit 60 millions de personnes ou juste quelques centaines, il aura tout autant d'intérêt ou d'importance. Si, si. A l'échelle d'une élection, cela veut aussi dire que les abstentionnistes ont toujours tort, comme les absents.

Second précepte : ce qui arrive est ce ce qui devait arriver
C'est un remarquable précepte pour supprimer les "on aurait pu", "on aurait dû", qui ne servent strictement à rien sauf à nourrir la mauvaise humeur. A l'échelle de votre entreprise, quand il y a un problème à résoudre, cela garde les personnes centrées sur ce qui se passe "ici et maintenant". A l'échelle d'un "grand débat national", cela revient à le lancer en se disant que ce qui s'y passera est la seule chose qui aurait pu s'y passer. Que sera, sera.

Troisième précepte : quand cela commence, c'est le bon moment
La créativité n'a pas d'horaire. Lorsque vous organisez un brain storming à 10h du matin, rien ne dit que l'inspiration sera au rendez vous dans le temps que vous lui avez imparti. De même, si l'inspiration et la créativité surgissent à la machine à café ou à l'heure du déjeuner, ne freinez pas, quand ça commence c'est le bon moment ! A l'échelle d'un "débat national", idem. Et c'est un joli précepte pour un premier janvier !

Quatrième précepte : quand c'est fini c'est fini
C'est un excellent principe pour gagner du temps et éviter l'ennui. Combien de réunions prévues sur deux heures, éclusées en 30 minutes et que nous continuons juste parce que nous avions prévu d'y consacrer deux heures ? ! Quitte à déboucher sur moins de résultats, à être obligé de fixer une autre réunion, alors que nous aurions pu passer à autre chose !

La loi des 2 jambes
A ces 4 principes, les Forums Ouverts ou "Open Spaces" ajoutent une loi baptisée "loi de mobilité personnelle" ou "loi des deux jambes".
Elle consiste à se dire que lorsque nous nous ennuyons quelque part, lorsque nous avons le sentiment de ne plus rien apprendre, de ne plus rien avoir à apporter, de ne plus être constructif, nous devrions rejoindre un endroit qui nous plairait davantage ! Cela ne sert à rien de rester là et de sentir malheureux. Prenons nos jambes à notre cou !
Je passe un temps infini à aider des personnes de toutes sortes à comprendre et à appliquer la loi de mobilité personnelle. Je ne connais personne qui n'ait pas les capacités à identifier et à rejoindre cet endroit qui leur plairait davantage.
La loi des 2 jambes aide à se responsabiliser, à comprendre que, si nous décidons de rester dans un lieu qui nous ennuie et nous fait perdre leur temps, c'est notre choix.

Avec tout ça, si vous ne passez pas une bonne année 2019... !!

PS : et lisez "Qui a piqué mon fromage" de Spencer Johnson. Ceux qui suivent mes conseils de lecture trouveront cela plus facile à lire que Steven Pinker 😎