dimanche 7 juillet 2019

Mention Pas Bien



Les enseignants se plaignent d'avoir perdu la reconnaissance que le bon peuple avait jadis pour eux.
La petite histoire des notes bloquées pour ce cru 2019 du baccalauréat ne va pas arranger l'affaire, je prends les paris.
Lu dans les journaux : un enseignant a déclaré qu'il ne leur restait plus que cette "cartouche à tirer". Ben voyons, les enseignants sont des chasseurs, maintenant.
Tout ça à cause d'une réforme.
Et tout ça en pure perte bien entendu.
Ce que j'en pense, au-delà de mes soupirs aussi navrés qu'exaspérés : ces enseignants-là ont complètement perdu le sens de leur métier.
Chaque année, le bac nous joue de mauvais tours : nous avions connu les "fuites", qui font annuler et recommencer les épreuves, les enseignants qui ne veulent pas surveiller les examens, etc.. Ce nouvel épisode souligne à nouveau le caractère de plus en plus "daté" de cet examen. Ce qui ne va pas, c'est le caractère "national", l'illusion du "tout le monde au même régime". Cela n'a plus aucun sens. Quand 80% de élèves le réussissent, que l'avenir des élèves se joue davantage dans Parcours Sup, je ne vois vraiment pas pourquoi nous continuons à vénérer ce pachyderme, cet examen lourdingue et ses procédures compliquées : pour avoir ses résultats, ma fille devait parcourir 60 km cette année. C'est ridicule. Tout cela pourrait être visible en ligne, sans mobiliser des trajets inutiles, bien souvent en voiture. Ah il est beau le bilan carbone du bac !
Vivement le bac local, en circuit court. Ce qui est bon pour les carottes ou les poireaux peut, peut-être, être bon aussi pour les examens, non ? C'est toujours une question de culture, finalement.
Quant à la question de la réforme, ce que j'en sais me plaisait bien. Des enseignants ne sont pas contents ? Qu'ils en discutent. Les passages en force façon Gilets Jaunes, cela ne donne rien, jamais rien. Jouer à King Kong ? Le destin de King Kong ne fait pas envie, si ?
Je me tiens à la disposition des DRH de l'Education Nationale pour la mise en place de grands programmes de formation à la négociation à destination de l'ensemble des personnels de cette administration gigantesque. Y-a-t-il des DRH à l'Education Nationale ? That is the question. Quand je discute avec certains profs ou que j'en fréquente d'autres, réunions de parents d'élèves obligent, cela ne saute pas aux yeux !

Quitte à surprendre le premier enseignant Snes-FSU venu, je lui dirai qu'il a davantage de points communs avec Donald "the great" qu'avec les hussards noirs de la République dont il descend ou le pédagogue qu'il entend être.

Pour un brave gars de gauche, ressembler à Donald le Grand, quelle honte tout de même.

La grande question, quitte à jouer les comparaisons est de se demander mais à quoi Jean-Michel Blanquer joue ? Est-il Xi ? Vladimir ? Emmanuel ? Angela ? bientôt Ursula ?

Terminons cette potacherie par la future arrivée aux manettes, sauf coup de théâtre, de l'infernal Bojo le clown d'outre-Manche. A propos du Brexit, son truc c'est de dire "Do or Die".... et bien, "die", old chap !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire